L'AFEF : drôle de rentrée...

Le verdict est tombé le 23 aout et l'AFEF nous l'apprend sur Twitter :

L'AFEF reçoit une « notification négative » à sa demande de subvention auprès du MEN. C'est vrai que 3500€ par an grèvent lourdement le budget national. Liberté d'opinion et d'expression, ou financement, au choix...

Politiquement correct.e.s, l'AFEF ? Certes non ! Mise au ban des consultations par le ministère, pas de réponse aux courriers de propositions, pas de retour sur l'appel sur les épreuves du bac signé par les plus grands noms, refus de subvention, n'en jetez plus...Lire sur le site de l'AFEF

Des réactions sur le net

D'un professeur

Une coupure de subventions (déjà modestes) qui en effet sanctionne une association pas dans la ligne définie par @jmblanquer... Soutien à @AFEF_franceduc dont les travaux contribuent depuis 50 ans à la culture professionnelle des enseignants de français.

Dans le Café pédagogique : François Jarraud évoque une « sanction politique pour l'Afef ? »

En effet l'association a vertement critiqué les choix pédagogiques du ministère mais elle a aussi apporté des propositions et des réflexions pour la réforme du lycée et du bac. Et l'importance de cette association a été reconnue par le ministère lui-même qui l'a consulté à plusieurs reprises. L'argent public n'est pas la propriété d'un parti ou d'un clan. S'il s'avérait que cette décision est fondée sur la volonté de faire taire un mouvement pédagogique parce qu'on en reconnait justement l'importance ce serait une faute morale et politique. La subvention de l'AFEF se montait à 3500€.

Le GFEN ne peut que constater, navré, les faits et soutenir cette association, partenaire régulier de nos actions – Rencontres de Saint Denis, Rencontres Maternelle. L'AFEF fait un travail considérable sur l'enseignement du français à tous les niveaux de la scolarité, publie chez Colin « Le français aujourd'hui », revue incontournable en didactique du français dans le paysage éditorial. L'association prend aussi des positions d'émancipation par le savoir et de démocratisation de l'Ecole.

Merci à Viviane Youx, Dominique Bucheton, Véronique Boiron, Maryse Rebière - pour ne citer que les personnes avec lesquelles nous avons travaillé- et toutes les autres qui œuvrent pour défendre et transformer l'Ecole.


Dans la même rubrique

Lire aussi...