Edito Dialogue n° 145


DIALOGUE N° 145 - Du refus d'apprendre au pari de comprendre

retour au sommaire du Dialogue n° 145

Editorial


Une éducation qui laisse à désirer

Jacques BERNARDIN

  

« Une transformation pédagogique est toujours le résultat et le signe d'une transformation sociale qui l'explique. »
E. Durkheim

Pourquoi  est-ce important  d'aller  à l'école ?  Comme l'expliquait un élève début CP : « De toute façon,  t'as pas le choix,  c'est obligé !  Heureusement,  tous n'expriment pas de façon tranchée le poids de l'obligation scolaire.  A l'autre bout  du cursus,   les  collégiens  « décrocheurs  s'exonèrent de cette obligation.  Dans les deux cas, c'est la question du sens de l'école qui est posée : le premier ne l'a pas perçu depuis son expérience familiale et préscolaire, les deuxièmes l'ont trop peu vécu. Quel sens d'aller à l'école ? Quel sens d'y rester ?

Étrange retournement de l'histoire, qui fait aujourd'hui douter de l'importance de l'école quand les générations précédentes rêvaient d'y accéder ! L'éducation n'aurait-elle pas tenu sa promesse ? Visiblement pas pour  une part  trop importante des jeunes qu'elle accueille.  Les expériences successives,  désagréables d'abord d'incompréhensions qui se succèdent puis se cumulent,  douloureuses ensuite quand elles ne font que confirmer un jugement négatif  à son égard, ne laissent le choix que d'intégrer une piètre estime de soi ou, par sursaut de vitalité psychique ou rébellion sociale, de faire exploser le cadre qui humilie et vous néglige avec tant de constance.

Demain comme hier,   la  classe reste un espace d'initiative pour qui le décide, faite d'ennui ou de passion, d'accablement ou de conquête, de répétition ou de créativité,  de solitude compétitive ou de solidarité complice dans les apprentissages. Peu d'élèves résistent à l'attrait d'un défi à relever, d'une recherche qui intrigue, d'une énigme à résoudre ; peu sont insensibles au regard confiant des adultes sur des capacités encore balbutiantes aujourd'hui mais demain, à n'en pas douter, triomphantes. Qui n'a pas été ému à la lecture de telle œuvre résonant si fort avec ses préoccupations du moment, surpris de créer, fier d'arriver à un tel résultat après tant d'efforts ?

Quand l'école permet d'accéder au secret des choses, d'élargir son horizon, de penser ample dans une stimulation réciproque avec ses pairs, quand elle est espace de pétillement de l'intelligence,  de confiance exigeante et de victoires successives sur soi  elle fait sens car elle permet de s'élever.

Avant  de trouver légitimation dans la note ou un hypothétique futur professionnel,  apprendre devrait mobiliser dans l'ici et maintenant de ce qu'elle engage et transforme quant à sa vision des choses et sa perception du monde : surprendre, intriguer, troubler les certitudes, « inquiéter la raison » disait Bachelard, pour ouvrir sur une maîtrise accrue du réel  ouvrant à de nouveaux pouvoirs d'action, sans pour autant épuiser sa curiosité.

De la maternelle au lycée, l'éducation fait sens quand elle est questionnement enrichi du pluriel des autres et conquête de son identité,  quand elle fait reculer les limites qu'on s'était imposé et quand, par les questionnements successifs qu'elle provoque, elle donne à penser en même temps qu'elle laisse à désirer...


Dans la même rubrique

Lire aussi...