Mémoires et témoignages

Mémoires et témoignages


Cette rubrique donne à voir des travaux de recherches ou d'expériences émanant d'enseignants, d'étudiants, de formateurs qui partagent nos idées, pour nourrir la réflexion sur l'enseignement et l'apprentissage visant la réussite de tous les élèves.

Ces documents sont le résultat de cheminements personnels élaborés pour certains dans des cursus universitaires, pour d'autres dans le cadre de l'exercice professionnel. Leurs auteurs tiennent simplement à les partager avec des lecteurs.

N'hésitez pas à leur faire des retours en envoyant un message à gfen@gfen.asso.fr





Pascale Billerey, "Gestes professionnels mobilisés par des professeurs des écoles stagiaires pour développer une démarche d'auto-socio-construction du savoir chez des élèves"  Mémoire Master : Métiers de l'Enseignement, de l'Education et de la Formation. Besançon : UFC-ESPE Besançon, 2017, 123 p.

"S'inscrivant dans une genèse de l'Education Nouvelle qui participe à la fondation d'une école réellement démocratique, cette étude s'attache d'abord à comprendre les résistances aux changements de pratiques et aussi les forces vives qui habitent des enseignants débutants, lors de tutorat pour qu'ils apprennent à oser concevoir et mettre en œuvre des démarches d'auto-socio-construction du savoir (Bassis, 1982), en s'appuyant sur le concept de gestes professionnels (Alin , 2010). On organise la recherche en quatre temps successifs : un entretien semi-dirigé  pour une identification des préoccupations professionnelles (Bucheton & Soulé, 2009), une préparation collaborative d'une même leçon pour approfondir des gestes de conception de savoir, un temps de filmage dans deux classes différentes et une auto confrontation simple pour approfondir des gestes d'ajustement et d'improvisation lors d'une démarche d'auto-socio-construction. Les résultats montrent un net déplacement des préoccupations professionnelles des PES vers la nécessité de donner du sens à la situation et au savoir visé, avec une gestuelle professionnelle plus élargie. Ils révèlent aussi des difficultés pour concevoir en amont les différentes étapes de construction d'un savoir ce qui provoque des imprévus en classe et suscitent des tensions chez les PES, mais développent leur marge d'autonomie et d'autorisation (Alin, 2010). Cette recherche peut être mise au service d'une formation de formateurs visant à améliorer les pratiques d'accompagnement d'enseignants débutants." Lire

Stéphanie Fouquet
"Les Ateliers d'écriture en Education Nouvelle, levier d'émancipation ? Ethnographies d'animateurs d'ateliers d'écriture"
. Mémoire : Master 2 sciences de l'éducation, parcours animation et éducation populaire. UPEC, 151 p.

Les ateliers d'écriture font actuellement partie du paysage culturel français. Le GFEN revendique une paternité des ateliers d'écriture en France. Ce mouvement d'Education Nouvelle, né sur une critique du système éducatif, a permis des avancées importantes dans le monde de l'éducation. Sa première préoccupation est la notion d'émancipation, qu'il essaye de mettre en dynamique à travers les discours et les dispositifs pédagogiques qu'il défend. Cet écrit s'attache donc à interroger les ateliers  d'écriture du GFEN par le prisme de l'émancipation.
L'émancipation revendiquée est-elle légitime ? Ces ateliers, dispositifs pédagogiques proposant des pratiques d'écriture, permettent-ils de se libérer de préjugés d'ordre moral ou intellectuels qui enferment dans un empêchement à écrire ? Pour aborder ces questions un cadre d'analyse a été construit sur la base du cadre théorique de Luc Boltanski développé dans son ouvrage De la critique, Précis de sociologie de l'émancipation. Lire

Isabelle Lardon "Comment les enseignants mettent à leur main des outils « clés en main »". Mémoire : MASTER 2 Formation de formateurs de l'espace francophone. Clermont-Ferrand : UBP, ESPE Clermont-Ferrand, 2015, 96 p.

À la suite de Goigoux & Cèbe (2013), je fais l'hypothèse que si on fournit aux enseignants des outils innovants et adaptés, basés sur les données les plus récentes de la recherche, conçus selon des critères ergonomiques et selon la méthode dite de « conception continuée dans l'usage », alors les outils peuvent avoir une vie propre, devenir des instruments de l'activité des enseignants et des leviers pour infléchir leurs pratiques. Les cadres théoriques mobilisés sont en particulier l'approche instrumentale (Rabardel & Pastré, 2005, 2011), l'ergonomie et l'analyse du travail.
Ce mémoire vise à mesurer les effets à long terme de la mise en œuvre de scénarios didactiques et pédagogiques sur les pratiques d'enseignants spécialisés qui exercent en ULIS école. Mémoire déposé sur le site DUMAS.
Lire

Isabelle Lardon, Michael Billebault "Enseigner la compréhension en lecture à des élèves avec déficience intellectuelle : à quelles conditions ? Avec quels outils ? Et pour quels résultats !" Mémoire MASTER 2 : Scolarisation et besoins éducatifs particuliers. Clermont-Ferrand : UBP, ESPE Clermont-Ferrand, 2015, 151 p.

Notre mémoire vise à répondre à la question suivante : des pratiques d'enseignement de la compréhension en lecture, adaptées aux besoins particuliers des élèves avec une déficience intellectuelle, peuvent-elles modifier durablement leurs capacités à comprendre et à raconter des textes narratifs ?
Nous présentons les compétences simultanément requises pour comprendre selon Goigoux et Cèbe (2013) et les pratiques les plus efficaces pour les enseigner aux élèves : un enseignement explicite et intégratif, intensif et durable. Nous construisons des interventions didactiques et pédagogiques que nous proposons à 36 élèves de classes spécialisées (CLIS en France). Dans une étude quantitative, nous en mesurons les effets  et analysons les résultats. Mémoire déposé sur le site DUMAS.
Lire

Sylvaine Debest-Gallas, "Lire : une question de (bon) sens : devenir lecteur au cours préparatoire avec les albums de littérature jeunesse". 2017, 179 p.

Cet ouvrage rend compte d'une méthode d'apprentissages de la lecture basée sur la présentation et l'étude des albums de littérature de jeunesse, construite par une enseignante de cours préparatoire, exerçant en zone d'éducation prioritaire.
S'appuyant sur 5 points forts - bien parler c'est mieux lire, utiliser des textes qui font sens, ne pas appauvrir la richesse de ce qui est lu, apprendre avec les autres, porter un regard positif sur l'élève -  l'ouvrage propose de multiples fiches pédagogiques et une riche bibliographie de textes d'auteurs de qualité sur lesquelles pourront prendre appui les enseignant.e.s, dès la première journée d'école et tout au long de l'année.
Sylvaine Debest-Gallas fait siennes les valeurs du GFEN pour démontrer que l'entrée dans la culture écrite par la littérature et ce, pour tous les élèves, est un outil efficient pour palier les inégalités sociales face à la réussite scolaire. Lire

Dans la même rubrique

Lire aussi...