Université / Congrès du GFEN - Paris, 2013

l'Université d'été-Congrès du GFEN « TRANSFORMER L'ÉDUCATION : L'ENJEU DES PRATIQUES »(Paris, les 10, 11, 12 juillet 2013) a réuni 140 participants au lycée Diderot à Paris.

 

En ouverture, une présentation des organisations représentées par des dirigeants nationaux : SNUipp, SNES, Ligue de l'Enseignement, FNAREN, FNAME, AFEF, FCPE, Observatoire des réussites et des Inégalités Scolaires du conseil Général du Val-de-Marne, Réseau école du PCF, Café Pédagogique, associations « Education et Parents », « Coup de pouce Clé », « Lire et Faire lire » ainsi que l'attachée parlementaire de Mme Brigitte GONTHIER-MAURIN, sénatrice en charge des questions d'éducation, auteure du Rapport de la mission d'information sur le métier enseignant (mai 2012).

Puis, Jacques BERNARDIN, président du GFEN, pose la problématique du congrès  en l'articulant à la loi sur la refondation de l'école votée le 26 juin dernier par les parlementaires.Il note des avancées puisqu'on est passé de "l'égalité des chances " à "tous les élèves sont capables d'apprendre". Mais comment faire qu'ils apprennent tous ? Sans doute faut-il revisiter la politique de la ville, réécrire les programmes mais surtout réfléchir à une formation des enseignants qui s'appuie sur des points clés : transmission du savoir comme "savoir vivant et savoureux", le sens à apprendre, le savoir comme conquête humaine et conquête de soi.

Lire le discours d'ouverture.


Le programme de l'université d'été a été conçu pour donner à voir la pluralité des apports des différents groupes locaux et secteurs qui font la richesse d'un mouvement pédagogique tel que le GFEN tout en proposant des ateliers s'inscrivant sur des questions vives qui traversent le monde de l'éducation actuellement. 

Tout enseignement passe par la transmission d'un patrimoine élaboré par les générations précédentes, comment faire pour « (re)nouer un rapport vivant au savoir et à la culture » ?

C'est ce qu'ont travaillé les 6 ateliers du mercredi matin : Sur les murs de la ville (histoire et techniques), Comment faire du sens sur des signes (les codes de l'écrit), l'écriture des grands nombres de façon économique (mathématiques), Histoire des sciences : vernis culturel ou levier fondamental pour l'enseignement ? (sciences), Bachelard une écriture élémentaire (écriture/poésie), Ecriture et lectures manipulées (culture numérique). 

ateliers du matin


Mais apprendre et réussir à l'école est-ce l'affaire de chacun individuellement ou cela peut-il se construire grâce à l'autre et avec les autres ? Les ateliers du mercredi après-midi autour de « L'individualisation en question? » ont permis d'approfondir le rapport entre « individualité/altérité : l'autre, étranger indispensable » : Quand il ne se passe rien? (maternelle), Réussite des élèves et travail de groupe ( Île de France), Et si c'était l'écrivain qui faisait le lecteur? (Ecriture-poésie), Frontière/lisière : l'étranger, l'identité, moi, les autres (Arts plastiques), Le problème, c'est l'autre (philosophie), Et la terre se transmet comme une langue ! (île de France)

La journée s'est terminé sur une intervention de Jean-Yves ROCHEX (Professeur en sciences de l'éducation, Université Paris 8) : « L'individualisation contre l'individualité à Apprentissage et subjectivation ». L'individualisation va à l'encontre de l'individualité. Il faut repenser le rapport entre le sujet et le social, entre le sujet et le commun, la norme.


Le jeudi fut consacré à la thématique de la formation des professionnels de l'éducation

Une table ronde « Formation : quels besoins ? » à laquelle participaient Virginie GOHIN (Chef du bureau de la Formation de la DGESCO - Ministère Éducation nationale), Patrick DEMOUGIN (Président de la Conférence des Directeurs d'IUFM) et Patrick PICARD (Directeur du Centre Alain Savary, Institut Français de l'Éducation à ex INRP) a permis de repérer les besoins en formation.

Cette table ronde fut suivie de 7 ateliers d'échanges de pratiques sur le thème « Formation : des leviers de transformation » : « Gestes professionnels », « didactiques », « savoirs », « éthique », « valeurs » : quelles ressources, quels dilemmes pour une formation continue des enseignants appuyée sur le métier réel ? (Centre SAVARY-IFé), Comprendre l'entrée du GFEN dans le champ de la formation professionnelle ( Institut Henri Wallon), Former à la conception et à l'animation d'ateliers d'écriture (Secteur écriture Poésie), Formation des animateurs dans le cadre péri ou extra scolaire (Secteur écriture poésie), Comment créer les conditions de dynamiques collectives d'enseignants ? (GFEN28 à GFEN75), Former des formateurs ( GFEN37), Du praticien réflexif au formateur réflexif ( Secteur Langues), Réinventer l'international comme enjeu de développement de l'Éducation, ici et là-bas (collectif du LIEN).

Ateliers suivis d'une table ronde : « Formation : quelles ruptures, quelles lignes forces ? ».

Pour terminer sur l'intervention de Roland GORI (Psychanalyste - Président de l'Appel des Appels) : « le savoir est-il soluble dans la marchandise ? » . Reprenant avec humour les concepts d'éducation et émancipation il démontre que nous sommes instrumentalisés par une conception très mécanique de l'existence qui nous asservit au point d'en oublier les capacités intellectuelles de tout individu. Citant JACOTOT, il rappelle que croire en ces capacités chez tout être humain permet à l'enseignant de faire apprendre, y compris ce qu'il ne connait pas. Il faut oser la culture poursuit-il, pour "donner aux enfants l'occasion d'attraper la lune comme un ballon".

La journée s'est achevée par le discours de clôture de l'université d'été par Jacques BERNARDIN

Le vendredi matin était réservé à l'Assemblée Générale de Congrès avec présentation des travaux des commissions qui se réunissaient mercredi-jeudi après le dîner et élections : 
- membres du nouveau Bureau National du GFEN, 
- président,
- trésorier,
- responsable revue « Dialogue »,
- membres du Secrétariat Général Collectif.


lire également le compte-rendu de ce congrès sur le Café pédagogique 

Jacqueline BONNARD

Dans la même rubrique

Lire aussi...

Renseignements :

Valérie PINTON
14 avenue Spinoza - 94200 Ivry sur Seine
gfen@gfen.asso.fr- 01 46 72 53 17